Il chante en arabe mais ressent en  » Magh-oc « , une appellation n’appartenant qu’à lui. Entre les crépitements de la derbouka et des lignes de violon invariablement justes, Abdy invente sa musique comme son identité : à mi-chemin du Maroc et de la France, et équitablement amoureux des deux cultures.

Nouveau venu sur la scène de la musique maghrébine française, Abdy, 29 ans, refuse l’étiquette raï et nous offre un premier album réussi au carrefour de deux mondes. L’homme est simple, lucide, sincère : rencontre.

afrik : D’où venez-vous ?

Abdy : Je suis né

Lire l'article complet