Musik

  ARTISTE   STYLE   PAYS   ANNÉE   LABEL  

Badyo

Mario Lucio / Lusafrica / 2008

Ce terme désigne aujourd'hui les habitants de Santiago, la première île de l'archipel du Cap Vert à être habitée. Mais à l'origine, le terme Badyo qualifiait les Noirs qui s'étaient élevés contre leur condition d'esclave ou qui, une fois libres, refusaient de travailler dans le même système et ne reconnaissaient pas les institutions au pouvoir. Au départ il s'agissait de Mandingues, Mandjacos, Pepels, Bantous, Congos, Foulas, Yorubas ou Wolofs venus d'Afrique comme esclaves et qui, entre autres plantations, ont semé le germe de nos rythmes : Batuco, Finaçon, Tabanka, Funaná, Coladera, Cola, Morna, etc. Le Badyo est l'ancêtre de l'Homo Criolo. Celui qui non seulement nous a mis au monde, mais nous a également offert un univers qui nous transporte de l'Amérique du Nord aux Antilles, de l'Amérique Centrale au Brésil, de l'Argentine à l'Europe, propageant et assimilant outremer des rythmes et des cadences que l'on retrouvera un jour dans le son d'instruments alors inconnus comme le Bandonéon, le Cavaquinho, l'Harmonica, le Piano ou la guitare folk. Le Badyo est ainsi l'homme de la route de l'esclavage et sa musique est la première musique métisse de la planète, la synthèse de la plus grande rencontre culturelle de l'Histoire.

C'est ce métissage universel que me séduit, et que je propose à travers la réminiscence de différentes sonorités, les unes venues d'ailleurs, les autres parties d'ici, d'autres encore revenues plus tard sur nos îles. Parce que c'est ici à Santiago du Cap Vert que les musiques des différents peuples africains (réunis pour la première fois) ont formé la musique africaine qui annonça la musique américaine qui influença la musique européenne qui s'ouvrira à la musique du monde qui est la musique du Cap Vert. Et celle-ci est plus ancienne qu'on ne le pense et plus moderne qu'on ne l'imagine.

Mario Lucio

topo "

Autres routes …

"Ulil " est le nom que les Arabes donnèrent aux Iles du Cap Vert sur leurs cartes du XIIème siècle, bien avant leur découverte par les Portugais. Sur les îles Barlavento (Îles au vent) on utilise encore cette expression qui signifie "Regarde, c'est ici".
Dans la région de I-n Gall au Niger où vivent les Hausas il existe une manifestation culturelle semblable à la Tabanka.
Guinée veut dire "nègre" dans la langue berbère. Et Soudan "hommes noirs" en arabe.
Un des rythmes des noubas arabo-andalouses liées au thèmes de la lamentation, de l'amour, du départ, de la poésie s'appelle Qudâmm, mot que l'on croit être à l'origine du terme "saudade". Le terme "Griot" vient de "criado" qui en Portugais ancien se prononce "criod".

Pistes

1. AMAR ELO "
2. ALTER "
3. CORRE XINTIDU "
4. DIOGO E CABRAL "
5. DODU "
6. MAREMAR "
7. MARIA NA SPEDJU "
8. GORÉ "
9. NHU ARIKI "
10. PRETTYDOWN "
11. REZA "
12. SANTO AMADO "
13. SCODJA "
14. SIMPLES SAMPLE "
15. STRELA "
16. UM MAR DE MAR "

Voter pour cet album



Acheter l'album

Amazon.fr