Il joue de plusieurs instruments et chante en différentes langues. Le Centrafricain Bibi Tanga, surdoué autodidacte, propose à travers son premier album  » Le vent qui souffle  » un nouveau genre nourri d’une culture musicale éclatée. Il nous raconte sa musique, il nous raconte la musique : une approche généreuse, instinctive et dynamique.

afrik : Votre premier album,  » Le vent qui souffle  » est un mélange qui se nourrit de diverses influences. Comment définiriez-vous votre musique ?

Bibi Tanga : Pour moi, il s’agit de Bluesypop, parce qu’il y a un sentiment blues dans

Lire l'article complet