Le passage à l’Assemblée nationale de Roselyne Bachelot, actuelle ministre française de la Culture, évoquant l’affaire Freeze Corleone, remet au goût du jour l’éternel débat de la liberté d’expression, impliquant aussi le journaliste Khaled Drareni que le journal satirique Charlie Hebdo.

Roselyne Bachelot, lors de son passage devant le Parlement français, il y a quelques jours, a salué la Licra, et fait savoir que l’ensemble du gouvernement était mobilisé pour faire face à cette affaire. Comprenez, les paroles du chanteur Freeze Corleone jugées « antisémites ». Mieux, la ministre a annoncé que le procureur de la

Lire l'article complet